English version
Vous êtes sur la page > Philosophie








Philosophie

Pour vous sensibiliser à ma philosophie de l'eau, j'ai pensé vous faire part d'un courriel que j'ai fait parvenir à l'artiste Gregory Charles, le 19 février 2004. Tout le monde connaît sa grande appréhension vis-à-vis l'eau et cela me laissait perplexe. Alors je lui ai écrit pour lui proposer un cours privé en natation afin de partager avec lui ma passion de l'eau. Voici de larges extraits de ce courriel :

« Je n'ai pas l'intention de vous montrer à nager, car au Québec il y a de nombreux moniteurs de natation qui pourraient très bien le faire. J'ai plutôt envie de partager avec vous mon plaisir de l'eau. En fait, mon approche originale s'inspire de la philosophie du Yin (principe féminin) et du Yang (principe masculin) et s'appuie sur les principes de physique et d'hydrodynamique. En d'autres mots, je désire vous sensibiliser au yoga aquatique qui vous amène à une écoute attentive des sensations obtenues au contact de l'eau. Je veux vous amener à retrouver ce plaisir que vous ressentiez dans le milieu intra-utérin.

Une fois dépassé cet apprivoisement de l'eau, j'ai l'intention de vous faire découvrir l'eau fluide, l'eau gélatineuse « jello » et l'eau solide.

J'espère vous amener à ressentir l'eau comme une présence amie et non comme une présence menaçante, aspirante ou dévorante. L'eau « principe femelle » ne désire pas vous attirer vers le fond, au contraire elle rejette toujours à la surface un corps étranger « principe mâle ». Pour y arriver, il vous faudra lâcher prise afin de donner la chance aussi à l'eau de vous apprivoiser, de jauger votre densité corporelle et vos tissus adipeux. Autrement dit, pour vous accompagner dans vos déplacements dans l'eau, votre amie Naïade* a besoin de savoir deux choses de vous : quel est votre degré de flottabilité et où se trouve votre centre de gravité? Voilà le secret de ma philosophie de l'eau. De là découlera la respiration continue, la position horizontale du corps, le mouvement des bras et enfin le mouvement des jambes.

C'est à l'automne 1978, en enseignant la natation à une jeune femme souffrant de poliomyélite, que j'ai découvert que j'avais une approche originale de l'eau basée sur ce grand principe : « Le plaisir d'apprendre à nager dans la détente ». S'il y a un stress mental et une tension musculaire, le corps ne peut pas être à l'écoute de l'eau. Celle-ci n'attend que votre abandon pour vous porter et vous accompagner sans effort. D'ailleurs, dans l'eau, votre corps ne pèse qu'une plume et c'est la raison pour laquelle il est nécessaire de ne dépenser qu'un minimum d'énergie pour se déplacer à la surface de l'eau.

Un effort minimum pour un rendement maximum, voilà comment je perçois ma relation avec l'eau. »



* Naïade : divinité des rivières et des sources.










 Réalisé par Webintel
© 2005. Raymond-Louis Laquerre. Tous droits réservés.